Dernières chroniques

jeudi 5 mai 2016

Oniria tome 1


Oniria, tome 1 : Le Royaume de Rêves
Auteur : B.F. Parry
Éditeur : Hachette
Date de publication : 1er octobre 2014
Nombre de pages : 332




Résumé :


Il existe un monde dont personne ne soupçonne l'existence.
Un pays où chacun de nous se rend pourtant chaque nuit.
Un univers où tout est possible.
Oniria, le royaume des rêves.
Seul un Envoyé venu du monde des humains peut sauver Oniria des troubles qui le menacent.
Il s'appelle Eliott. Et il a douze ans.



Mon avis :



Cela fait un moment que j’entends parler de cette saga. J’avais donc de grandes attentes concernant le premier tome !

Nous faisons la connaissance d’Eliott, un petit garçon de douze ans dont la vie n’est pas toujours facile. Il est orphelin de mère et son père est tombé dans un coma profond. Les médecins sont impuissants. Seule Mamilou semble savoir de quel mal il souffre et pour le sauver il n’y a qu’un seul moyen. Elle va avouer au jeune garçon l’existence d’Oniria et lui remettre le sablier lui permettant de rejoindre ce monde onirique consciemment. Sa mission ? Trouver le marchand de sable. Il est le seul capable de guérir l’étrange mal dont souffre le père d’Eliott.

Je ne vais pas être originale en commençant par parler de la couverture, mais quelle merveille ! J’avoue que c’est ce qui m’a attirée vers ce livre en premier. C’est bien la première fois que j’en vois une en 3D et ça fait son petit effet !

Sinon, en ce qui concerne le roman en lui-même, c’est une lecture agréable. Je n’ai pas eu de coup de cœur, même si j’ai beaucoup apprécié cet univers.
Je dois dire que malgré ma forte envie de lire cette saga, j’ai mis pas mal de temps avant d’être captivée par l’histoire. Elle commence en douceur et j’ai trouvé quelques passages un peu trop longuets avant qu’il n’y ait vraiment de l’action.
Je pense que c’est surtout parce que j’avais hâte de découvrir ce fabuleux monde qu’est Oniria !

Parlons d’Oniria justement. J’ai adoré cet endroit si particulier. L’auteur a une imagination débordante et j’ai vraiment eu l’impression d’être parachutée en plein rêve ! Les lieux et paysages peuvent être tout à fait normaux comme insolites et totalement loufoques parfois. Bref, c’est une totale réussite ! Il y a aussi cette lutte entre les rêves et les cauchemars que j’ai particulièrement appréciée. Mais ce qui m’a le plus attirée et intriguée, c’est le peuple d’Oza-Gora qui paraît si inaccessible et mystérieux ! On n’en apprend pas beaucoup à ce propos dans ce tome, mais je brûle d’impatience d’en savoir plus dans le tome suivant.

À propos des protagonistes, ils constituent selon moi l’un des gros points forts de ce roman. Eliott déjà est un personnage attachant qui ne peut qu’émouvoir le lecteur (petit ou grand) par son histoire. Il est plein de ressources, mais manque cruellement de confiance en lui. Le coma de son père a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vas et le jeune garçon s’est renfermé sur lui-même. S’évadant par le biais du dessin, peu de choses le passionnent désormais et même l’école ne l’attire plus. Il a de plus en plus de mal à supporter sa belle-mère et doit se montrer discret s’il ne veut pas que ses chipies de petites sœurs lui rapportent ses moindres faits et gestes.
Heureusement que Mamilou, sa grand-mère paternelle, est là ! Elle dissimule tout un tas de secrets, mais a toujours été là pour soutenir son petit fils.
J’ai adoré le caractère de Mamilou ! Elle est dynamique et autoritaire lorsqu’il le faut, mais peut aussi être une vraie grand-mère tendre et aimante. J’ai hâte de connaître un peu mieux son histoire et je crois qu’elle n’a pas fini de nous surprendre.
Chez les oniriens, je sens que les personnages de Farjo et Katsia vont se montrer très intéressants par la suite également. Et il y a la douce Aanor qui cache aussi probablement quelques petites choses.

Je pense que je vais arrêter là sous peine de raconter tout le livre, mais en tout cas bien qu’il s’agisse d’un roman « jeunesse » il a su me séduire et j’ai hâte de découvrir cet univers plus en profondeur ! D’ailleurs, je me suis immédiatement jetée sur le tome suivant.


En résumé, si j’ai trouvé le roman un petit peu long à démarrer ce n’est pas bien grave, car tout le reste a réussi à me captiver. Oniria est un monde fabuleux qui regorge de merveilles et de mystères et il me tarde de l’explorer davantage !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire