Dernières chroniques

vendredi 1 avril 2016

La Symphonie des Abysses


La Symphonie des Abysses, livre 1

Auteur : Carina Rozenfeld

Éditeur : Robert Laffont (Collection R)

Date de publication : 13 février 2014

Nombre de pages : 457



Résumé :


Vous pensiez être au paradis ?
Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise...
Un mur infranchissable.

Il vous faudra d'abord vivre en enfer:
Article 1 : Tout contact physique, toute marque d'amour sont proscrits.
Article 2 : Il est interdit de chanter, d'écouter ou de faire de la musique.
Article 3 : Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort.
Vous n'êtes personne.
Vous apprendrez à obéir.



Mon avis :



Après un nombre incalculable de mois, j’ai enfin décidé de sortir ce livre de ma bibliothèque. J’ignore pourquoi cela m’a pris tant de temps, d’autant plus que j’adore les romans de la collection R !

Dans la première partie du livre, nous faisons la connaissance d’Abrielle. La jeune fille vit avec sa mère dans un petit village au cœur d’un atoll qui pourrait sembler paradisiaque au premier abord. Mais les apparences sont souvent trompeuses…
Abrielle est différente des autres et traitée comme une paria, car elle est une réminiscente. Tout cela parce qu’une fois, alors qu’elle n’était qu’une enfant de quatre ans, elle s’est mise à chanter la jolie mélodie qui lui passait par la tête. Seulement, la musique est interdite. Chanter est passible de la peine de mort. Les villageois se sont montrés cléments envers la fillette, mais le mal était déjà fait.
Un jour, sa vie sera de nouveau menacée et Aby sera forcée de quitter son village et de suivre les traces de son père.
Dans la seconde partie, nous découvrons Ca et Sa, des neutres vivant dans la ville de Désex. Les habitants ont la particularité de naître sans sexe grâce à une manipulation génétique. C’est bien plus tard, lors d’une cérémonie célébrée pour les 18 ans des jeunes neutres, qu’ils choisiront s’ils veulent devenir hommes ou femmes et recevront l’injection qui accèdera à leur requête. En plus de ces étranges coutumes, le règlement est très strict à Désex : les habitants ont l’interdiction formelle de se toucher et de lier des liens autres qu’amicaux. Ca et Sa, sont tombés amoureux depuis des années et ils bravent l’interdit, risquant chaque jour la mort pour avoir osé laisser libre cours à leurs sentiments…

Au début de ma lecture, j’ai eu un peu peur du manque d’originalité. Le coup du mur, des gardes et du règlement est bien (trop) souvent utilisé dans les dystopies. Pourtant, il y a dans la symphonie des abysses ce petit truc en plus qui fait que l’on ne se lasse pas, que l’on a envie de découvrir le monde créé par Carina Rozenfeld.
En effet, si les bases peuvent sembler classiques, l’imagination débordante de l’auteur n’aura de cesse de nous étonner et de nous emporter. Chaque recoin de l’atoll a sa spécificité et les moindres détails ont été pensés. Ce monde fonctionne très bien et il est impossible de deviner le dénouement avant la fin de la saga !
Le seul petit reproche que je pourrais citer est le changement de narration en cours de livre. On quitte Abrielle pour retournr dans le passé et découvrir Ca et Sa. Du coup cela casse un peu le rythme, mais bon l’histoire reste très intéressante et on finit par retrouver le fil du récit.

Concernant les personnages, j’ai adoré Abrielle. Elle est courageuse et même si au début elle se sent dépassée et perdue, elle arrive à rebondir et à s’en sortir malgré les obstacles et l’inconnu.
Je me suis rapidement attachée à Ca et Sa. Ils sont vraiment touchants. L’atoll nous offre aussi son lot de protagonistes détestables à souhait, bref, un régal !

Au-delà de l’histoire imaginée par l’auteur on sent également qu’elle nous fait passer un message : la tolérance. C’est flagrant lorsqu’on suit les aventures de Ca et Sa et qu’ils pensent à leurs choix pour le futur, pour l’injection qui va les transformer. J’ai trouvé ça vraiment bien joué de la part de Carina d’intégrer cette morale au roman, que l’on puisse ressentir cette résonnance entre le fictif et la vie réelle.

Enfin, un petit mot sur la plume de l’auteur. Je l’ai trouvée magique. Elle a réussi à me transporter, décrivant cet univers avec justesse sans trop de longueurs. C’est simple, j’ai dévoré ce premier opus et j’ai directement enchainé avec le deuxième. Cela m’a même donné envie de découvrir d’autres ouvrages de Carina Rozenfeld.


En résumé, si j’avais un peu peur d’un manque d’originalité au début, il n’en est rien. Les personnages sont attachants, l’histoire prenante et on ne peut que saluer l’imagination débordante de l’auteur ! J’ai d’ailleurs dévoré le second tome juste après celui-ci.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire