Dernières chroniques

dimanche 14 février 2016

L'Énigme du Magicien


Le Secret de l’Inventeur, tome 2 : L’énigme du magicien
Auteur : Andrea Cremer
Editeur : Lumen
Date de publication : 11 février 2016
Nombre de pages : 370



Résumé :


Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique…

Après l’explosion des Catacombes, le seul foyer qu’elle ait jamais connu, Charlotte est contrainte de mener sa petite troupe de résistants à l’oppresseur anglais, parmi lesquels une dizaine d’enfants, vers La Nouvelle-Orléans. Désormais leader du groupe, elle se retrouve face à des choix difficiles pour préserver la vie de ses jeunes protégés, mais continue de voir en Grave, malgré sa force herculéenne et ses origines inquiétantes, un allié et un ami.

L’Empire fera tout pour les empêcher de rallier le quartier général de la Résistance, où les attendent son frère Ashley et Jack, qu’elle tient désormais pour un traître… et c’est sans compter les stratagèmes de Nicodème, un puissant mage, et du capitaine du célèbre Persée, un flibustier français aux intentions troubles. Mais le danger ultime pourrait bien venir de la propre mère de Charlotte : leader de la rébellion, elle semble décidée à faire de Grave le premier des membres d’une invincible armée !

Deuxième tome du Secret de l’inventeur, L’Énigme du magicien poursuit la nouvelle trilogie steampunk d’Andrea Cremer, l’auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d’acier, magie vaudou et automates maléfiques, elle a su tisser un univers d’une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !
  

Mon avis :



J’ai réellement apprécié le premier tome de cette saga et avec cette fin au suspense insoutenable, j’avais vraiment hâte de me plonger dans ce second opus ! Merci à Emily et à Lumen Editions pour cet envoi !

Les Catacombes sont parties en fumées et avec elles des tas de souvenirs. Charlotte se retrouve sans foyer et le cœur en miettes. Elle se pose beaucoup de questions et doute de tout. Elle va tout d’abord suivre le plan d’évacuation mis au point par la Résistance afin de mettre les siens à l’abri, même si elle a dû mal à trouver sa place en tant que leader. Le lourd poids qui pèse désormais sur ses épaules l’accable et personne n’est là pour partager son fardeau.
Lorsque la jeune fille atteint envers et contre tout la Nouvelle-Orléans, bastion de la Résistance, les choses ne se passent pas exactement comme prévu. Charlotte se retrouvera une fois de plus face à un choix cornélien dont la vie d’une personne chère à son cœur dépendra totalement…

Avant de commencer, je voulais juste dire un petit mot sur la couverture qui est vraiment superbe ! J’avais adoré la première et j’avais un peu peur que la deuxième ne soit pas à la hauteur et fort heureusement Lumen Edition a relevé le défi haut la main. Ah, et j’aime la texture toute douce de cette couverture, l’épaisseur et la qualité des pages de l’ouvrage, les magnifiques premières pages avec lettrines et dessins à chaque chapitre etc. Vraiment, ce livre est un petit bijou !

Dans ce second opus, j’ai trouvé que le côté steampunk du récit était encore plus présent, pour mon plus grand plaisir. C’est un genre que j’aime tout particulièrement lorsqu’il est bien exploité et ici c’est vraiment le cas.
J’ai été ravie de replonger dans ce passé alternatif, si bien dépeint et imaginé par l’auteur. Andrea Cremer réussit à m’émerveiller à chaque fois de par son imagination. Sa plume est douce et fluide, retraçant avec justesse les couleurs d’un univers aussi vaste que riche. Elle nous réserve encore des tas de surprises pour la suite, j’en suis convaincue !

Le récit en lui-même était plus lent et j’ai eu plus de mal à me remettre dans l’histoire. Peut-être est-ce parce qu’il n’y a plus l’effet de surprise apporté avec le premier tome ? Je pense également que c’est parce que l’on ressent bien que ce deuxième opus est un tome de transition (c’est souvent le cas avec les deuxièmes tomes). De ce fait, on se rend bien compte que l’auteur met en place les pièces maîtresses qui serviront à faire du prochain volume une histoire extraordinaire.

Je me suis attachée à Charlotte dès le départ et ici ce sentiment s’est encore renforcé. On retrouve une héroïne en proie au doute, qui est catapultée dans l’âge adulte avec toutes les responsabilités qui vont avec. Elle n’a plus personne pour l’épauler et elle le vit très mal. L’avenir est incertain à tous les niveaux, ce qu’elle a du mal à accepter. Ses relations avec les autres évoluent également. Elle se laisse entraîner dans un jeu dangereux entre Jack et Coe, qui je l’avoue m’agace un peu parfois. J’espère que l’auteur saura nous surprendre sur ce point par la suite !
Son rapport avec Grave change petit à petit pour se muer en confiance mutuelle. J’ai sincèrement été touchée par le courage et la détermination de Charlotte lorsqu’il a fallu se mettre entre l’ennemi et son ami.
Linette est un personnage que j’adore et ici plus encore ! J’aime sa spontanéité et son caractère bien trempé. Elle amène un vent de fraîcheur et une note d’humour aux moments les plus dramatiques.
Il y a aussi un nouveau protagoniste, dont nous faisons la connaissance vers la fin du livre, qui m’intrigue beaucoup… affaire à suivre donc !

Si le voyage jusqu’à la Nouvelle-Orléans ne m’a pas transportée dès le départ, j’ai adoré découvrir les rouages de cet univers, les machinations qui se mettent en place dans chaque camp. Il y a pas mal d’organisations influentes, ce n’est pas seulement une guerre entre l’Empire et la Résistance, loin de là !
Le contraste entre certains lieux et certaines scènes était saisissant et cela a eu son petit effet sur mon cœur de lectrice. D’un côté nous rencontrons un monde raffiné à l’étiquette et aux codes assez stricts, lorsque de l’autre nous plongeons dans un milieu barbare peuplé de flibustiers et de canailles sans foi ni loi. Difficile de ne pas succomber !


En résumé, bien qu’il s’agisse assurément d’un tom de transition avec des passages parfois un peu longuets, j’ai sincèrement adoré retrouver cet univers. La plume d’Andrea Cremer a su me transporter une fois de plus au sein d’un monde vaste et riche qui n’a pas fini de nous surprendre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire