Dernières chroniques

dimanche 24 janvier 2016

Le Sixième Sommeil


Le Sixième Sommeil
Auteur : Bernard Werber
Editeur : Albin Michel
Date de publication : 30 Septembre 2015
Nombre de pages : 416




Résumé :


PHASE 1
Assoupissement

PHASE 2
Sommeil léger

PHASE 3
Sommeil lent

PHASE 4
Sommeil très profond

PHASE 5
Sommeil paradoxal

PHASE 6
Le sixième sommeil.

Celui de tous les possibles.

Mon avis:



Chaque fois que je vois un nouveau roman de Bernard Werber, je l’achète tout de suite. C’est d’ailleurs le seul auteur pour lequel je me permets de faire cela, car je sais que, en général, je ne risque pas d’être déçue.

Nous faisons la connaissance de Jacques Klein, un homme pour le moins normal, mais dont la mère est assez atypique. Malgré ses rêves de vie banale au départ, il va se retrouver au sein d’une aventure extraordinaire liée au projet secret de sa mère une scientifique renommée, spécialiste du sommeil. Sa vie entière va basculer et une expérience hors du commun bouleversera sa vision même des choses, sa conception du sommeil, mais également de la vie et de la mort…

J’avais hâte de lire ce livre – comme tous les romans de Werber que je dévore à chaque fois – pourtant, j’ai eu du mal à me mettre dans l’histoire. Assez rapidement, l’auteur nous plonge dans un très long flashback retraçant une grande partie de la vie du personnage principal. Je consens que certains détails ont une importance par la suite, mais j’ai trouvé cela un peu longuet et du coup je me suis ennuyée… Pour moi l’histoire devient réellement intéressante à partir du moment où Caroline disparaît et que Jacques se lance à sa poursuite, même s’il y a encore quelques temps morts.

Nous rencontrons au travers de ces pages, un peuple oublié de Malaisie. Ils ont une philosophie de la vie assez particulière puisque pour eux le temps passé à dormir est bien plus important que leurs activités lorsqu’ils sont réveillés…
Je dois avouer que même si c’était sympa de découvrir leurs étranges coutumes, je n’ai pas trouvé très crédible le fait qu’ils apprennent tout de notre technologie et nos langues aussi rapidement et aussi aisément. Ils n’avaient pas vraiment l’air mal à l’aise ni choqués par internet et compagnie.
Nous découvrons aussi certains aspects de la société, du pouvoir et de la justice qui sonnent fatalement vrai.

Ce que j’ai préféré dans ce roman, c’est ce qui se rapporte au projet secret de Caroline, cette fameuse sixième phase de sommeil. Même si, au final, on en parle très peu. J’ai tout de même appris énormément de choses en lisant ce livre, comme toujours lorsque je lis du Werber. C’est très appréciable.

En ce qui concerne les personnages, ils sont assez déroutants et étranges même parfois. Malheureusement, je n’ai pas ressenti de connexion avec eux et je suis donc restée simple spectatrice de leurs aventures.

Je ne peux pas dire que je n‘ai pas aimé ma lecture, c’était malgré tout une histoire intéressante, mais je n’ai pas apprécié autant que je l’aurais souhaité et j’étais même un peu déçue. Peut-être que je place la barre trop haut lorsqu’il s’agit d’un roman de Bernard Werber, mais en tout cas pour moi Le Sixième Sommeil n’est pas ce qu’il a fait de mieux…


En résumé, même si le point de départ était bien pensé et la trame principale intéressante, je me suis ennuyée lors de cette lecture. J’avais de grandes attentes concernant ce roman et je suis tout de même un peu déçue malheureusement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire