Dernières chroniques

lundi 14 décembre 2015

Le Prince d'Été


Le Prince d’Été
Auteur : Alaya Dawn Johnson
Editeur : Robert Laffont (Collection R)
Date de publication : 28 Mars 2013
Nombre de pages : 431




Résumé :


« Une histoire à couper le souffle où amour, mort, technologie et art sont réunis au cœur des tropiques dans un Brésil futuriste.

La ville luxuriante de Palmares Tres oscille entre technologie et tradition, bruissant des scandales sur les castes et les pratiques politiques douteuses. Au milieu de cette métropole vibrante, June Costa est une artiste qui aspire à devenir un jour légendaire. Mais ses rêves de gloire vont se muer en quelque chose de plus grand encore quand elle rencontre Enki, le nouveau et audacieux Roi d'été. Toute la ville est déjà sous son charme (y compris le meilleur ami de June, Gil). Mais June voit bien plus en Enki que ses yeux d'ambre et sa samba mortelle. Elle voit en lui un artiste.

Ensemble, June et Enki vont mettre en scènes des projets explosifs aux mises en scènes audacieuses, si spectaculaires que Palmares Tres ne les oubliera jamais. Ils vont alors donner l'énergie nécessaire à la rébellion croissante qui s'oppose aux limites strictes du gouvernement en matière de nouvelles technologies. Et June tombera profondément, mais malheureusement aussi, amoureuse d'Enki. Malheureusement, car comme tous les rois d'été avant lui, Enki est destiné à mourir.

Palpitant au rythme d'un Brésil futuriste, brûlant des passions de ses personnages, et débordant d'idées, ce roman ardent vous donnera envie de lire tous les autres ouvrages de Alaya Dawn Johnson. »





Mon avis :



Je crois qu’il ne va pas être simple pour moi d’écrire un avis sur ce livre, pour la bonne raison que j’ai un tas d’impressions différentes et parfois même contradictoires.

Nous faisons la connaissance de June, une jeune artiste vivant au sein de la ville futuriste de Palmares Tres, située au cœur de ce que l’on appelait autrefois le Brésil. Elle aspire à mener une vie comme les autres, souhaitant juste être reconnue pour son talent. Mes ses plans vont êtres bouleversés lorsqu’elle va croiser la route d’Enki, le Roi d’Été, qui sera sacrifié au terme de son année de règne aux côtés de la Reine. Elle va se laisser entrainer, toujours plus loin, se retrouvant mêlée à d’importantes intrigues politiques malgré elle. Jusqu’à ce que June atteigne le point de non-retour, jusqu’à ce qu’elle soit obligée de choisir entre son cœur, ses convictions et son propre avenir…

J’ai un rapport assez particulier avec ce livre. Au départ, j’ai eu un peu de mal à accrocher, à saisir où l’auteur voulait nous emmener. Au départ, je trouvais cet univers étrange, les mœurs des habitants de Palmares Tres vraiment bizarres… L’histoire est un peu longue à démarrer et on se demande vraiment le but de tout cela. Jusqu’à ce que tout commence réellement. Ensuite, j’ai réussi à m’attacher à June et même à Enki. Malgré leur obsession pour l’art, ce sont deux jeunes gens qui ont un passé douloureux. On comprend en fait qu’ils se donnent corps et âme à leur art qui agit pour eux comme un exutoire.

Le Prince d’Été est une dystopie plutôt originale. Je pense pouvoir affirmer sans me tromper que c’est le genre de livre que l’on aime ou que l’on déteste. Car le récit bouleverse, met mal à l’aise, dérange. Et je dois dire que cela a très bien fonctionné sur moi, si bien qu’une fois l’univers apprivoisé, j’avais du mal à me détacher de cette lecture.
La ville de Palmarès Tres est incroyable. Gouvernée par les femmes, l’homme y a sa place, mais n’a pas accès au pouvoir. Les femmes ne leur font plus confiance, les considérant comme responsables de la fin du monde d’avant. Bien entendu, on comprend très rapidement que le titre de Prince n’est donc que poudre aux yeux… Mais de lourds secrets se cachent derrière cette élection…
Si la ville nous émerveille de par sa technologie, on se rend vite compte que tout n’est pas aussi fantastique qu’il y paraît. Malgré l’abolition de l’esclavage, certains, les plus pauvres, se sacrifient pour le bien-être des autres. Ainsi, au sein de cette cité construite en pyramide, seuls les niveaux supérieurs vivent bien et la plupart ignorent ce que subissent ceux qui demeurent en bas.

L’histoire en elle-même est très prenante et dynamique une fois qu’elle a véritablement démarré. L’action ne laisse aucun répit au lecteur et j’avais vraiment hâte de connaître le dénouement, étant surprise à chaque rebondissement. Les relations entre les personnages principaux sont complexes et ambigües et on ne peut oublier l’échéance de la fin du règne d’Enki… bref, le lecteur perçoit tout à fait la pression qui écrase de plus en plus les protagonistes et s’engage à leurs côtés dans une véritable course contre la montre. June qui était au départ une jeune fille ordinaire, va devenir un véritable symbole pour sa ville. Tout cela, car elle aime l’art et qu’elle est plutôt curieuse. De ce fait, elle se retrouve mêlée à des enjeux politiques et va découvrir avec surprise qu’elle se débat assez bien dans ce milieu.

Il y a beaucoup de non-dits, mais cela ne m’a pas dérangée, car du coup on se retrouve au même niveau que June et les autres. Le fait de ne pas en savoir plus qu’eux contribue à nous faire vivre pleinement cette histoire à travers eux. J’ai particulièrement été touchée par toute la dernière partie du roman, sans compter le final lui-même. C’est le genre de fin que j’adore ! Tout se passe très vite, un peu comme dans un rêve et l’auteur arrive réellement à nous mettre dans le même état que June. Encore une fois, on ne comprend pas vraiment avant qu’elle-même comprenne. Niveau émotions, j’ai été servie ! Je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal à passer à une autre lecture après cela, tant cette histoire restait présente à mon esprit.

La plume de l’auteur est fluide et agréable. J’aurais juste souhaité avoir un petit lexique à la fin pour mieux comprendre certains termes employés. Je n’arrivais pas toujours à en saisir le sens tout de suite et du coup cela me déconnectait un peu de l’histoire, c’est dommage. Mais c’est là le seul point « négatif » que j’ai pu trouver. Après je comprends tout à fait que certains n’aient pas apprécié ce livre. Je pense sincèrement qu’il n’est pas forcément accessible à tout le monde. On peut totalement passer à côté. Fort heureusement, cela n’a pas été mon cas !


En résumé, Le Prince d’Été est un roman que je ne suis pas prête d’oublier ! C’est un récit dérangeant, bouleversant, parfois même étrange, mais qui a su me prendre aux tripes. J’ai vécu cette histoire aux côtés de June et j’ai eu un mal fou à passer à autre chose après cette lecture, tant ce livre me hantait encore. Je ne dis pas que je le conseillerais à tout le monde, car avec ce roman il n’y a pas de demi-mesure possible : on l’aime ou on le déteste. J’espère sincèrement que ceux qui se laisseront tenter seront aussi conquis que moi !  


3 commentaires:

  1. Le résumé pourrait attiser ma curiosité. La couverture est sublime. Ton avis est très intéressant. Mais je dois bien avouer que je suis indécise. Je n'arrive pas à savoir si j'ai envie de le lire ou non.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que c'est un livre dérangeant ! Dommage qu'il ne m'ait pas beaucoup plu ! :/

    RépondreSupprimer
  3. Aaaaaaaaaaaah ♥ j'ai eu un énorme coup de coeur pour ce roman dont je ne suis pas non plus prête à oublier! Par contre beaucoup non pas aimé ce roman... mais comme tu dis, il n'y a pas de demi-mesure possible avec ce livre!

    RépondreSupprimer