Dernières chroniques

mardi 22 septembre 2015

U4 - Koridwen

U4 - Koridwen
Auteur : Yves Grevet
Editeur : Nathan
Date de publication : 27 août 2015
Nombre de pages : 360




Résumé:


Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. Les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses?

Koridwen a survécu à tous les habitants de son hameau de Bretagne. Avec l'aide d'Yffig, elle les a inhumés les uns après les autres, puis le vieil homme est lui aussi décédé. Le jour de ses 15 ans, suivant les dernières volontés de sa mère, la jeune fille ouvre une enveloppe laissée par sa grand-mère. Dans ce courrier, il est question d'un long voyage et de mondes parallèles.


Mon avis :



Le concept de cette saga écrite par quatre auteurs différents et français de surcroit m’a tout de suite séduite. Si j’ai choisi Koridwen en premier, c’est avant tout pour son prénom qui me faisait penser à la déesse Kerridwen /Cerridwen. De plus dans le résumé il était question d’une petite touche de magie avec cette histoire de mondes parallèles, donc j’ai jeté mon dévolu sur celui-ci !

Koridwen est une adolescente comme les autres. Elle va au lycée et joue parfois à un jeu en réseau nommé WOT dans lequel elle a même atteint le niveau d’experte. Elle aide également ses parents à s’occuper de leur ferme située dans la campagne bretonne.
Seulement son quotidien va être bouleversé en un temps record. Lorsque le virus U4 se propage, le monde est plongé dans le chaos et il semble que seuls les adolescents survivent. Après un temps passé seule à continuer de vivre chez elle comme avant, Koridwen va recevoir un étrange message du maître du jeu de WOT avant que la connexion internet ne se coupe définitivement. Ce message invite les experts à se rendre le 24 décembre en un lieu précis à Paris. Elle va donc récupérer son cousin Max et partir en direction de Paris avec son gros tracteur et sa bétaillère chargée de vivre et de tout ce qu’il leur faut pour survivre.

Au départ, j’ai eu un peu peur que l’histoire ne soit pas vraiment originale. Le coup du virus qui décime 90 % de la population mondiale, ça commence à être connu. Le fait que les survivants soient des adolescents cela change un peu la donne. Le monde est encore plus plongé dans le chaos, car la plupart n’ont aucun sens moral et ne pensent qu’à leur profit personnel. Seuls quelques un tentent de survivre en conservant leur humanité.

J’ai eu un peu de mal à accrocher avec le caractère de l’héroïne. Elle ne sait pas vraiment ce qu’elle souhaite et passe son temps à pleurer. Elle veut partir, mais en même temps elle ne le veut pas. Elle veut son cousin auprès d’elle, mais le considère aussi comme une charge, etc.
Bon, je suis d’accord que ce genre de situation est difficile à gérer, surtout pour une ado seule au monde et qui a perdu tout ce qu’elle avait dans la vie. Cela ne m’empêchait pas de la trouver agaçante par moments et du coup je ne me suis pas autant attachée à elle que je l’aurais souhaité. Et parfois elle n’est pas très maligne… elle pense une fois à camoufler ses sourcils alors qu’il suffisait d’une bonne teinture, se couper un peu les cheveux et on n’en parlait plus ! Bref…
Si sa méfiance envers les autres est légitime, elle est parfois trop froide et trop dure.

Cela dit, son histoire est plutôt intéressante et le livre se lit vraiment tout seul, car il n’y a pas de temps mort. L’héritage légué par sa grand-mère offre un plus à l’intrigue et j’ai adoré l’instant où Koridwen est partie en voyage vers Paris avec son énorme tracteur !

En ce qui concerne la plume, elle est fluide, assez simple. On a vraiment l’impression que c’est une ado qui raconte son histoire. Cela donne un effet « très jeunesse » c’est peut-être cela qui a mis une distance entre Kori et moi. Son rapport aux garçons aussi est assez étrange. OK, elle est grande et elle fait ce qu’elle veut, mais j’avoue que j’avais du mal à la suivre parfois.

Hormis le fait que j’ai deviné assez facilement la fin, je dois dire que j’ai trouvé pas mal de coquilles dans le texte. J’espère que cela sera différent pour les autres tomes… Pour Yannis, que je lis actuellement, cela a l’air d’aller.

Je me rends compte que j’ai cité pas mal de points négatifs. Ce n’est pas un coup de cœur c’est sûr, mais c’était tout de même une lecture agréable et divertissante et cela ne m’empêchera pas de lire les trois autres. On croise d’ailleurs les autres personnages vers la fin et certains semblent avoir des personnalités intéressantes.


En résumé, malgré une base peu originale, quelques coquilles et un personnage qui a eu du mal à m’émouvoir, c’était tout de même une lecture agréable. Le livre se lit rapidement et il n’y a aucun temps mort. À lire si vous aimez les romans jeunesse et les dystopies en général.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire