Dernières chroniques

samedi 29 août 2015

Le cas Jack Spark, T1: Été Mutant

Le cas Jack Spark, Saison 1 : Été Mutant
Auteur : Victor Dixen
Editeur : Gallimard
Date de publication : 27 mai 2011
Nombre de pages : 614





Résumé:



Redrock, Colorado :
un camp de vacances
aux allures de prison.

Des adolescents anéantis
par des éducateurs sans pitié.

Jack Spark est le seul à résister.
Mais son corps subit d'étranges mutations
et il découvre en lui de terribles pouvoirs.

Fuir ou combattre,

Jack a-t-il vraiment le choix ?...


Mon Avis:



Ce livre est une excellente découverte et j’ai été ravie de retrouver la plume de Victor Dixen avec cette petite touche d’originalité qui lui est propre !

Nous faisons la connaissance de Jack Spark, un adolescent qui semble tout à fait ordinaire, si ce n’est le fait qu’il souffre d’insomnies depuis toujours et se montre allergique au sel. Chaque nuit, il fait le même cauchemar, angoissant au possible, après quoi il lui est impossible de trouver le sommeil.
Se retrouvant comme un zombie en cours, il tente de se débrouiller comme il peut, mais cela ne suffit pas pour ses parents et ses professeurs. Ainsi, ils ont une idée : l’envoyer durant tout l’été au camp Redrock, pour adolescents asociaux, les cas désespérés en somme, au fin fond du Colorado.
Jack se rend compte une fois là-bas que ce camp n’est pas un camp de vacances ordinaire…
Docteur Krampus, le directeur du camp ainsi que sa famille sont étranges. Non seulement physiquement hors-norme, puisque qu’ils ont tout des ogres que l’on croise dans les contes, mais leur comportement aussi est inhabituel. En effet, ils ne sortent de la tour dans laquelle ils s’enferment qu’à la nuit tombée et boivent un étrange breuvage à la couleur verte. À Redrock, les règles sont strictes et les châtiments très rudes. Et quel est donc le but véritable du baquet dans lequel les enfants sont obligés de se plonger un par un chaque matin pour en ressortir épuisés ? Pourquoi Jack subit-il d’étranges mutations depuis qu’il a foulé la terre rouge et aride de ce lieu cauchemardesque ?

Ce roman est vraiment très original. Entre le fantastique et le thriller, comme un conte qui aurait des allures de cauchemar. Cela m’a un peu fait penser aux « contes de la crypte » dont j’étais friande étant enfant !
Malgré le fait qu’il comporte plus de 600 pages, je dois dire que je ne les ai pas vues passer, tant j’étais prise dans l’histoire. Je me suis laissée emporter dès les premiers mots et j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher !

Ce que j’ai aimé également, c’est que comme dans « Animale » l’auteur fait de nombreuses références à l’histoire. Ici ce n’est pas le contexte, mais au travers de certaines créatures qui traversent les siècles. Je me suis même demandé si Victor Dixen n’avait pas une certaine fascination pour Napoléon d’ailleurs !

En parlant de ces créatures, il s’agit des Fés. Pas de celles que vous croisez dans les contes, jolies et gentilles, de petite taille avec des ailes et des pouvoirs magiques. Non, ici elles ressemblent plus à des ogres ou à des gobelins. Elles ont bien des pouvoirs magiques oui, mais ils sont terribles et ressemblent plutôt à des armes. Quant à leur comportement, c’est plutôt celui de monstres. Un peu à la manière des vampires, ils se nourrissent des humains. Non pas de leur sang, ni même de leur chair (quoiqu’ils semblent en apprécier le goût, mais ce n’est pas vital pour eux), mais de ce qu’ils appellent leur Flux. C’est en fait l’énergie vitale des humains que ces créatures leur ponctionnent, causant la plupart du temps la mort de leurs victimes. Inutile de vous dire que j’ai adoré les Fés ! Même s’ils m’ont donné des cauchemars, j’ai été ravie de découvrir ces créatures si originales !

En ce qui concerne les personnages, ils sont vraiment intéressants et chacun a son petit défaut – normal vous me direz, sinon ils ne se retrouveraient pas à Redrock !
Je vous ai déjà présenté Jack dans le résumé. Il y a également Sinead, l’amazone des temps modernes, légèrement cleptomane. Le petit frère de Sinead, qui à cinq ans fait encore pipi au lit et également lorsqu’il est stressé. Vient ensuite Josh, un personnage qui, je l’avoue a une certaine classe et cache quelques lourds secrets. Il a tenté de se suicider pour une raison qu’il aura du mal à avouer. Et enfin, le dernier qui m’a bien fait rire avec ses tocs, c’est Ti Jean, un maniaque de la propreté !
Malgré leurs défauts, tous sont très attachants et se montrent très courageux.

Un dernier mot pour éviter de trop en dire quand même, sinon il n’y a plus de surprise pour les futurs lecteurs. J’ai grandement apprécié la plume de Victor Dixen une fois encore ! Il a une manière de nous entrainer dans l’histoire, de décrire les choses et de placer l’action et les rebondissements juste aux bons moments qui fait que l’ont devient facilement accros ! Je me suis plusieurs fois fait la réflexion que l’auteur a une très grande culture générale et a vu du pays aussi et cela se ressent beaucoup dans la lecture de ses livres. Et puis forcément il semble avoir une certaine passion pour plusieurs sujets qui me passionnent également, donc du coup je ne peux qu’adhérer à 100 % ! (Les contes d’Andersen, les créatures de la nuit, l’astronomie, etc.). Je disais justement qu’il est très rare que j’aime à ce point toutes les œuvres d’un même auteur. C’est le cas pour Victor Dixen et le seul autre dont j’achète les romans les yeux fermés est Bernard Werber.
Alors, convaincus ? Il faut absolument vous laisser tenter et vous procurer l’un des ouvrages de cette merveilleuse plume !

En résumé, une fois encore c’est une véritable réussite de la part de Victor Dixen ! Ce livre a su m’embarquer dès les premiers mots. Il a su me faire frissonner et m’émerveiller à la fois. Les personnages sont attachants, l’action au rendez-vous, mais ce qui m’a le plus marquée c’est l’originalité de l’histoire, avec ces créatures sorties tout droit d’un rêve, ou plutôt d’un cauchemar !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire