Dernières chroniques

mercredi 11 mai 2016

Oniria tome 3


Oniria, tome 3 : La guerre des cauchemars
Auteur : B.F. Parry
Éditeur : Hachette
Date de publication : 21 octobre 2015
Nombre de pages : 277


Résumé :


Il existe un monde ou prennent vie tous les rêves et les cauchemars que les Terriens endormis creent nuit apres nuit : Oniria, le Royaume des Rêves. Grace à son sablier magique, Eliott parcourt ce monde fou et merveilleux mais aussi plein de dangers. Son objectif : sauver son père du terrible sommeil dans lequel il est enferme.
La guerre fait rage entre le Royaume des Rêves et la Nouvelle République Cauchemar, mettant Oniria à feu et à sang. Par ricochet, l'imagination des Terriens s'en trouve tétanisée.
Eliott, Katsia et leurs amis essaient tant bien que mal de mener leur mission au milieu de ce chaos. Mais mensonges et trahison ébranlent bientôt leurs convictions les plus profondes. Le groupe des rebelles parviendra-t-il à conserver l'unité dont il a besoin pour sauver le père d'Eliott et ramener la paix à Oniria ?




Mon avis:


J’ai lu ce troisième opus directement après les deux précédents. Pour quelle raison ? Il m’était tout simplement impossible de quitter cet univers fabuleux. Je m’attendais à ce que les choses se compliquent pour Eliott et également à ce que la situation se dégrade à Oniria, mais je dois dire que j’ai été totalement « choquée » par le tournant que prend l’histoire. Ce troisième tome est bien plus sombre, sinistre même et il a réussi à me rendre encore plus accro à cette saga. Je n’étais pas très loin du coup de cœur cette fois !

Nous retrouvons Eliott toujours en mission pour tenter de sauver son père. Mais cette fois-ci rien ne va plus à Oniria. La Nouvelle République Cauchemar a déclaré la guerre au Royaume des Rêves et cela impacte également sur le monde des humains. Ces derniers ressentent la tension présente à Oniria à travers leurs rêves. Si les choses ne changent pas très rapidement, cela pourrait avoir des conséquences dramatiques…
En ces temps de conflit, tous les coups sont permis et il est devenu difficile de distinguer un allié d’un ennemi. Eliott parviendra-t-il à réguler la situation tout en sauvant la vie de son père, inextricablement liée au destin du monde des rêves ?

Les intrigues politiques mises en places dans le roman précédent prennent ici une ampleur démesurée. Par effet boule de neige, tout le monde à Oniria - mais aussi dans le monde des humains - est touché. L’auteur mène la danse d’une main de maître, nous laissant à peine le temps de souffler avec l’action omniprésente et les nombreux retournements de situation.
Oniria est certes une saga jeunesse à la base, mais cela n’empêche pas l’auteur de torturer ses personnages. L’atmosphère est bien plus sombre ici et la menace plane à chaque page, si bien que l’on se demande à quel moment une tragédie s’abattra sur nos chers protagonistes. Et honnêtement, lorsque cela s’est produit, je n’arrivais pas à y croire et j’ai même failli verser ma petite larme !
C’est sans compter la fin qui m’a carrément arraché le cœur d’ailleurs !

J’ai été ravie de retrouver mes personnages chouchous ainsi que les autres. Ils évoluent chacun différemment et la tension qui nait entre certains d’entre eux m’a réellement fait mal au cœur. La Bête est un être sournois qui parvient facilement à duper son monde…
Eliott prend enfin le taureau par les cornes et s’entraine avec acharnement pour être capable d’affronter les cauchemars. Mais malheureusement, certains évènements vont le déstabiliser et on se demande bien comment il va faire pour redresser la barre. Heureusement que la chère Aanor lui apporte un peu de douceur et de tendresse.

Encore une fois, je me suis laissée emporter avec délice par la plume délicate de l’auteur. Je suis à chaque fois stupéfaite par son imagination. Ici ce ne sont pas tant les lieux où les nouveaux personnages qui ont su m’ébahir, mais plutôt le mécanisme bien huilé de l’intrigue. Certains protagonistes montrent leurs plus noires facettes, d’autres doutent de tout et n’importe quoi et ce climat d’hostilité nous entraine dans un véritable tourbillon infernal, qui ne peut déboucher que sur une fin atroce. Et cette fin justement… quelle frustration, quel enfer, quelle tristesse de ne pas avoir la suite a portée de main !
J’espère que le quatrième tome ne se fera pas attendre trop longtemps !


En résumé, un troisième opus plus sombre, surprenant et totalement addictif ! L’auteur nous offre un récit bourré d’action et de retournements de situation à couper le souffle. J’en ai presque eu les larmes aux yeux à la fin. Vous l’aurez compris, je vous le recommande vivement et j’attends la suite avec impatience !

vendredi 6 mai 2016

Oniria tome 2


Oniria, tome 2 : Le Disparu d’Oza-Gora
Auteur : B.F. Parry
Éditeur : Hachette
Date de publication : 1er avril 2015
Nombre de pages : 336



Résumé :



Pour sauver son père, Eliott doit retrouver son double dans le monde fantastique d’Oniria. Eliott est parvenu à rencontrer le Marchand de Sable, dans son Palais de verre enchanteur et futuriste. Mais cette rencontre ne tient pas toutes ses promesses : le Marchand de Sable, aussi bienveillant et ingénieux soit-il, se révèle impuissant à aider Eliott. Il lance néanmoins le jeune Créateur et ses amis sur la piste d’un certain Jabus qui a choisi de mettre ses talents au service du mal. Jabus a disparu quelques mois auparavant, emportant avec lui de quoi faire des expériences terrifiantes… Il semble bien que le père d’Eliott soit celui sur lequel il s’acharne ! Mais où les trouver Jabus dans l’immensité d’Oniria ? Comme si cela ne suffisait pas, Eliott a une autre préoccupation en tête... Libérer Aanor, prisonnière de La Bête, qui veut l’épouser ! Toute l’équipe des rebelles le supplie de ne rien tenter : Eliott doit rester caché, c’est une question de vie ou de mort. Mais Eliott est trop têtu pour renoncer, et ne peut abandonner Aanor à son triste sort…


Mon avis:


J’ai attaqué le deuxième opus juste après le premier, histoire de continuer mon voyage dans cet univers fabuleux !

Nous retrouvons Eliott qui a trouvé le chemin jusqu’à Oza-Gora. Il va enfin rencontrer le Marchand de Sable et cela le rend très nerveux. Il a comme un mauvais pressentiment et ce dernier s’avérera fondé. L’homme ne pourra en fin de compte rien faire pour l’aider. Pourtant, ses conseils se révèleront précieux et il va mettre le jeune garçon sur la piste. La personne qui veut du mal à son père sera identifiée, mais il faudra encore la localiser !
Eliott se lance donc dans une nouvelle aventure, plus périlleuse que la précédente.

J’ai été ravie de retrouver Eliott, Katsia, Farjo et Jov. Eliott a déjà beaucoup changé depuis sa première aventure à Oniria, même s’il continue parfois à n’en faire qu’à sa tête, malgré les recommandations de ses amis.
Nous rencontrons également de nouveaux protagonistes, notamment le Marchand de Sable et Til le sablonnier. Même si on ne les découvre pas en profondeurs, ce sont deux personnages que j’ai réellement appréciés et qui, je pense, auront probablement leur importance par la suite.

Concernant le récit, j’ai eu un peu moins de mal à me mettre dans l’histoire qu’avec le premier tome, même si une fois encore l’action met du temps à arriver. Le lecteur se retrouve un peu comme Eliott : impatient d’avoir certaines réponses et, au final, agacé car elles tardent à venir.
Ce que j’ai grandement apprécié, c’est que l’intrigue s’épaissit, notamment sur le plan politique. Les relations entre le royaume des rêves et Oza-Gora sont désormais plus tendues que cordiales, car la reine souhaite que le peuple libre, censé demeurer neutre, prenne parti entre le peuple d’Oniria et les cauchemars.  
La situation se complique également pour Aanor, enlevée par la Bête que ce dernier veut épouser de force afin de forcer la main à la reine. Eliott, de son côté, finit par apprendre cela et risque de compromettre sa propre mission, car il veut sauver la princesse contre l’avis des autres. Je pense qu’il a peut-être un peu trop confiance en lui désormais, depuis que ses pouvoirs de créateur se renforcent et qu’il parvient à faire de plus en plus de choses extraordinaires…

En tout cas, j’ai apprécié découvrir de nouveaux endroits dans le monde d’Oniria – et j’adore toujours autant le réseau intergalactique ! Et le petit clin d’œil à l’histoire de la Belle et la Bête au travers d’Aanor était vraiment bien pensé, même si au final cela ne se termine pas du tout de la même manière !
Enfin, je tenais à rajouter que le jeune Eliott a réussi à me toucher une fois de plus. Son histoire personnelle est si difficile qu’il en vient à souhaiter ne vivre qu’à travers ses rêves à Oniria. Il me fait vraiment de la peine et on ne peut qu’espérer que tout finira par s’arranger pour lui.
J’ai hâte de découvrir la suite de ses aventures et je sens que le prochain opus risque d’être bien plus sombre et complexe que celui-ci !


En résumé, un second opus que j’ai trouvé un cran au-dessus du premier. L’intrigue se complexifie et la quête d’Eliott est loin de toucher à sa fin ! J’ai hâte de voir ce que l’auteur lui réserve par la suite !

jeudi 5 mai 2016

Oniria tome 1


Oniria, tome 1 : Le Royaume de Rêves
Auteur : B.F. Parry
Éditeur : Hachette
Date de publication : 1er octobre 2014
Nombre de pages : 332




Résumé :


Il existe un monde dont personne ne soupçonne l'existence.
Un pays où chacun de nous se rend pourtant chaque nuit.
Un univers où tout est possible.
Oniria, le royaume des rêves.
Seul un Envoyé venu du monde des humains peut sauver Oniria des troubles qui le menacent.
Il s'appelle Eliott. Et il a douze ans.



Mon avis :



Cela fait un moment que j’entends parler de cette saga. J’avais donc de grandes attentes concernant le premier tome !

Nous faisons la connaissance d’Eliott, un petit garçon de douze ans dont la vie n’est pas toujours facile. Il est orphelin de mère et son père est tombé dans un coma profond. Les médecins sont impuissants. Seule Mamilou semble savoir de quel mal il souffre et pour le sauver il n’y a qu’un seul moyen. Elle va avouer au jeune garçon l’existence d’Oniria et lui remettre le sablier lui permettant de rejoindre ce monde onirique consciemment. Sa mission ? Trouver le marchand de sable. Il est le seul capable de guérir l’étrange mal dont souffre le père d’Eliott.

Je ne vais pas être originale en commençant par parler de la couverture, mais quelle merveille ! J’avoue que c’est ce qui m’a attirée vers ce livre en premier. C’est bien la première fois que j’en vois une en 3D et ça fait son petit effet !

Sinon, en ce qui concerne le roman en lui-même, c’est une lecture agréable. Je n’ai pas eu de coup de cœur, même si j’ai beaucoup apprécié cet univers.
Je dois dire que malgré ma forte envie de lire cette saga, j’ai mis pas mal de temps avant d’être captivée par l’histoire. Elle commence en douceur et j’ai trouvé quelques passages un peu trop longuets avant qu’il n’y ait vraiment de l’action.
Je pense que c’est surtout parce que j’avais hâte de découvrir ce fabuleux monde qu’est Oniria !

Parlons d’Oniria justement. J’ai adoré cet endroit si particulier. L’auteur a une imagination débordante et j’ai vraiment eu l’impression d’être parachutée en plein rêve ! Les lieux et paysages peuvent être tout à fait normaux comme insolites et totalement loufoques parfois. Bref, c’est une totale réussite ! Il y a aussi cette lutte entre les rêves et les cauchemars que j’ai particulièrement appréciée. Mais ce qui m’a le plus attirée et intriguée, c’est le peuple d’Oza-Gora qui paraît si inaccessible et mystérieux ! On n’en apprend pas beaucoup à ce propos dans ce tome, mais je brûle d’impatience d’en savoir plus dans le tome suivant.

À propos des protagonistes, ils constituent selon moi l’un des gros points forts de ce roman. Eliott déjà est un personnage attachant qui ne peut qu’émouvoir le lecteur (petit ou grand) par son histoire. Il est plein de ressources, mais manque cruellement de confiance en lui. Le coma de son père a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vas et le jeune garçon s’est renfermé sur lui-même. S’évadant par le biais du dessin, peu de choses le passionnent désormais et même l’école ne l’attire plus. Il a de plus en plus de mal à supporter sa belle-mère et doit se montrer discret s’il ne veut pas que ses chipies de petites sœurs lui rapportent ses moindres faits et gestes.
Heureusement que Mamilou, sa grand-mère paternelle, est là ! Elle dissimule tout un tas de secrets, mais a toujours été là pour soutenir son petit fils.
J’ai adoré le caractère de Mamilou ! Elle est dynamique et autoritaire lorsqu’il le faut, mais peut aussi être une vraie grand-mère tendre et aimante. J’ai hâte de connaître un peu mieux son histoire et je crois qu’elle n’a pas fini de nous surprendre.
Chez les oniriens, je sens que les personnages de Farjo et Katsia vont se montrer très intéressants par la suite également. Et il y a la douce Aanor qui cache aussi probablement quelques petites choses.

Je pense que je vais arrêter là sous peine de raconter tout le livre, mais en tout cas bien qu’il s’agisse d’un roman « jeunesse » il a su me séduire et j’ai hâte de découvrir cet univers plus en profondeur ! D’ailleurs, je me suis immédiatement jetée sur le tome suivant.


En résumé, si j’ai trouvé le roman un petit peu long à démarrer ce n’est pas bien grave, car tout le reste a réussi à me captiver. Oniria est un monde fabuleux qui regorge de merveilles et de mystères et il me tarde de l’explorer davantage !